Pluie d'injustice 3/6

Publié le par Sélène Alys


Le tavernier resta la bouche comme l’un des poisson préférés de Kelil, celui aux écailles jaunes et avec peu d’arrêtes, puis repartit vers son comptoir en grommelant.
-Quel imbécile, cracha la femme-du-dessus.
Kelil prit enfin le temps de les détailler. La femme était assez petite, raison pour laquelle elle n’avait pas aidé son compagnon à tirer les habitants de sous le pont sur le pont. Pour l’instant, son visage trahissait la colère et le mépris, mais il devait pouvoir faire bien plus que ça. Elle semblait être une femme très expressive.
A l’inverse, l’homme donnait l’impression d’être renfermé sur lui-même. Si ce n’avait été le ton de sa voix, Kelil n’aurait pas su qu’il était en colère. Même ses yeux n’avaient aucune expression. On aurait dit qu’il regardait dans le vide à chaque instant.
Chacun d’eux portait une cape alourdie par l’eau. C’était en partie à cause d’elle que Kelil n’avait pas pu voir à quoi ressemblaient ses sauveurs plus tôt. L’homme et la femme-du-dessus les posèrent sur une chaise libre, qui goutta immédiatement sur le sol.
Ils s’intéressèrent alors à leurs rescapés.
-Comment vous sentez-vous ? questionna la femme-du-dessus. À part le froid et l’humidité, je veux dire ? Pas de maladie ? Pas de blessure ?
La plupart des rescapés lui dirent qu’il n’y avait aucun problème. Un ou deux, Kelil en était sûr, ne le faisait que pour ne pas déplaire à la femme-du-dessus. Celle-ci ne s’y laissa pas prendre et vint les examiner. Elle découvrit un petit doigt brisé et de multiples éraflures, mais rien de plus. Les habitants de sous le pont s’en étaient sortis sans trop de mal.
-Excusez-moi, fit Kelil. Qu’est-ce que… qu’est-ce qui est arrivé à nos amis ? Sous le pont ? Sont-ils toujours vivants, ou…
L’homme et la femme s’entreregardèrent d’un air peiné. Tout du moins, la femme eut cette expression.
-Nous… Nous pensons qu’il peut y avoir des survivants… si la pluie s’arrête, si la rivière se calme… nous pourrons peut-être aller voir…
-Pourquoi faire ça pour nous ? questionna un vieil homme.
Le vieux pécheur avait gardé la forme à force de se battre avec sa canne à pêche, son fil et les énormes poissons qu’il ramenait depuis toujours, semblait-il, du fond de la rivière.
-Personne d’autre que vous n’est intervenu. Ça fait presque une semaine que la pluie à commencée. Personne n’a rien fait. Et nous…
-Vous auriez pu quitter le dessous du pont avant d’y être coincé, fit l’homme d’une voix dure. Si vous n’aviez pas eu peur des gens-du-dessus.
  Il parlait comme s’il n’en faisait pas partie, remarqua Kelil. Comme si les gens-du-dessus et lui ne faisaient pas un.
Falina quitta le devant du feu, l’attrapa par la main et le tira vers l’âtre. Kelil la suivit de bon cœur, d’autant plus qu’il dégoulinait sur le sol et mouillait la chaise si confortable sur laquelle il était assis quelques secondes plus tôt. Il se plaça dos au feu pour ne pas perdre des yeux l’homme et la femme-du-dessus. Ils agissaient bizarrement, selon lui. Il les remerciait de leur intervention, c’était vrai, mais pourquoi avoir agit ainsi ? Les gens-du-dessus ne faisaient jamais rien pour rien. Qu’attendaient-ils d’eux ?
-Tu crois qu’ils veulent nous vendre ? fit Grull tout bas à coté de lui.
Il avait presque les mains dans les flammes tant il s’approchait pour se réchauffer.
-Nous vendre ? répéta Kelil.
-Oui. Tu sais, une petite fille comme Falina ou un jeune homme solide comme toi peuvent valoir très cher. Ils nous ont peut-être sauvés pour nous vendre comme esclaves.
-Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
-Parce qu’il fut un temps où il l’aurait fait, fit la voix de la femme-du-dessus.
Kelil reporta son attention sur elle. Falina avait pris les vêtements de son frère et les essorait au-dessus du feu. Elle retirait sa main de temps en temps pour ne pas se brûler.
-Grull, j’espérais ne jamais te revoir, dit-elle. Je ne pensais pas que tu t’étais caché chez les habitants du pont.
-Je ne me suis pas caché.
-Oh si, tu t’es caché. De quoi avais-tu peur ? Que ton ancienne marchandise revienne pour se venger ? Tu nous as vendu comme esclaves, Grull.
-Vous devez vous tromper de personne, Ma Dame, intervint Kelil. Grull ne ferait jamais…
-Grull a été un marchand d’esclaves, coupa l’homme-du-dessus. Zeta et moi avons fait partie de sa marchandise. Il a fallu que l’esclavage devienne illégal et que les Dasdürs viennent nous libérer un à un, dans chaque endroit où nous avions été vendu, pour que nous retrouvions notre liberté. Et lui, il a pris la fuite. Les marchands d’esclaves étaient encore moins bien vus que les acheteurs, à l’époque.
-Rafin à raison. C’est lui qui nous a pris notre liberté et nous a vendu à ces horribles bûcherons !
-Vous devez vous tromper, Ma Dame, fit Grull. Je ne…
-Nous ne nous trompons pas ! cria Zeta. Je n’oublierais jamais le visage de celui qui m’a enlevée à mon mari pour me donner à un homme que je ne voulais pas !
-Il ne t’a pas donnée, il t’a vendue, rappela le dénommé Rafin.
-C’est pire…
Zeta amorça un mouvement vers Grull, rapidement enrayé par Rafin.
-Nous l’avons tiré de sous le pont. Ce n’est pas pour le tuer maintenant qu’il est à l’abri.
Zeta allait protester quand le tavernier arriva, aidé de l’un de ses serveurs, avec les choppes commandée. C’est alors que, comme la porte de la taverne s’ouvrait violemment, le tavernier prit la fuite, suivit de son serveur, et alla s’enfermer dans l’arrière-boutique avec ses tonneaux de bière.
Trois hommes de la milice entrèrent, leurs capes trempées de la pluie. Ils les laissèrent tomber lourdement sur les premières chaises venues sans se soucier de savoir si quelqu’un y était assis ou non. Celui qui semblait être le chef balaya la salle du regard, puis s’arrêta sur le groupe. Il eut un sourire mauvais et s’avança vers eux. S’arrêtant à trois pas il demanda, une main sur la garde de son épée :
-Est-ce vous, le groupe d’habitants de sous le pont qui forcent un brave tavernier à vous servir un nombre de chopes de bière incalculable, que vous ne pourrez de toute façon pas payer ?

_girl_assassin_2_by_laurenrox5-d55dhl8--fin-3-.jpg

 

 

La suite la semaine prochaine^^

 

A noter que "Rustic Fatales" est disponible ICI ainsi que sur toutes les plateformes de vente de romans en ligne. Quand à son actualité, elle peux être suivie à cette adresse.

Sans titre123

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article